« Un Ca, un Ca ! »

Ajoutez à cette petite phrase quelques sanglots et visualisez un bébé qui arrive vers vous en tendant les bras, les larmes aux yeux. Vous l’aurez compris, « un ca » veut dire en fait un câlin, ce que Crapulette, 16 mois, me réclame environ 300 fois par jour. Ils sont adorables, ses câlins (enfin sauf quand elle décidé de m’arracher la moitié du visage parce que c’est trop rigolo). Elle passe ses bras au-dessus de mes épaules et blottit sa tête dans le creux de mon cou, de temps en temps elle lève le tête, me regarde en rigolant, me fait un bisou, puis repose sa tête. Quoi de plus mignon me direz-vous, sauf qu’à la longue c’est lassant : parce qu’on a besoin de nos deux bras pour faire quelque chose mais qu’elle refuse de descendre, parce qu’on a besoin de se concentrer pour un mail important ou un appel téléphonique ou tout simplement parce qu’on a mal aux bras ! En avoir marre de faire des câlins à sa fille, ça vous semble peut-être horrible et pourtant parfois, oui j’en ai assez, j’ai envie de m’asseoir tranquillement (oui parce que les câlins assis ça ne lui va pas non plus, on doit être debout…) et de faire autre chose que des câlins.

un ca

Et puis j’ai repensé à ce très bel article que j’avais lu et que je vous encourage vivement à lire aussi d’ailleurs et je me suis dit qu’aussi pénible que ce soit de ne pas pouvoir faire ce qu’on veut comme on veut quand on veut, c’était peut-être après tout simplement le moment de faire le plein de câlins. Coquillette n’a que 17 mois de plus que sa soeur mais la période des câlins permanents est déjà loin derrière elle, et ça ne va sûrement pas aller en s’arrangeant ! Une fois passée la tendre enfance, les câlins à Maman, c’est ringard. J’ai beau chercher, je ne me souviens pas de la dernière fois que ma mère m’a portée dans ses bras pour un câlin (bon en même temps ce n’est peut-être pas plus mal, ça fait un moment que j’ai dépassé le poids et le format tolérables pour ce genre de choses !).

Alors je vais lui donner tous les câlins que je peux, et je vais profiter de chacun d’entre eux, en essayant d’oublier ce que j’ai de si important à faire pour me concentrer sur l’essentiel : sa petite main qui serre mon cou, ses cheveux qui me chatouillent l’oreille, sa respiration tranquille quand elle est contre moi, jusqu’au poids de son corps qui pèse sur mes bras. Je vais essayer de stocker ces instants de bonheur, de garder chaque petit détail en mémoire pour pouvoir m’en souvenir quand j’en aurai envie ou besoin. Ces câlins sont éphémères, mais j’espère pouvoir rendre leur souvenir éternel.

un ca2

Publicités

2 réflexions sur “« Un Ca, un Ca ! »

  1. C’est une jolie réflexion. C’est vrai que nos loulous sont parfois un peu trop collants quand on a des tonnes de choses à faire et pourtant, je pense souvent que cette période sera courte alors j’essaie également de me plier de bonne grâce à ces débordements d’amour… Et après tout c’est bien dans ces moments que je suis la plus heureuse !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s