Se débarrasser des fourmis sans danger pour les enfants

Un soir, alors que j’avais couché les filles et que je pensais avoir quelques heures de répit devant moi, j’ai découvert des centaines de fourmis dans ma salle à manger et dans ma cuisine, qui avaient pris des allures d’autoroute un jour de chassé-croisé d’été.

Mais dans mes placards, pas un seul insecticide : je les fuis comme la peste, considérant qu’ils sont aussi dangereux pour nous que pour les nuisibles, sinon plus. Sans compter que les fourmis, s’il n’est pas agréable des les croiser dans sa maison, sont utiles et que je ne vois pas de raison de vouloir les exterminer jusque dans leur fourmilière au fond du jardin. Je veux juste qu’elles restent dehors, chacun chez soi, ça me va très bien.

Je rappelle que j’ai en plus chez moi deux filles de 27 et 10 mois, qui passent leur temps à explorer la maison et qui ne sont pas contre goûter les choses nouvelles qui croiseraient leur route, comme une jolie petite boîte de poison pleine de couleurs, par exemple.

Je n’avais donc pas beaucoup d’autres solutions que de trouver un moyen naturel de mettre les fourmis à la porte. Après avoir un peu cherché à droite à gauche sur Internet, m’être renseignée, j’ai fini par trouver le produit miracle qui a plus que fait ses preuves : le vinaigre blanc, combiné à l’huile essentielle de citron.

IMG_0841

La recette est simple : vous prenez un bol que vous remplissez à moitié de vinaigre blanc (le premier prix que vous trouverez en grande surface à 33 centimes le litre est parfait) et à moitié d’eau chaude, avant d’y ajouter une goutte d’huile essentielle de citron. Vous mélangez avec une éponge et c’est là que le travail commence : il s’agit de nettoyer scrupuleusement chaque parcelle visitée par les fourmis, sol, meubles, murs, en arrosant copieusement du mélange. N’oubliez pas les dessous d’appareils électro-ménagers, les poubelles, les placards, éventuellement les tiroirs. Car quand les fourmis vont sentir le truc, elles vont se planquer. Il s’agit donc de les débusquer. Evidemment, pas le choix, celles qui sont déjà là vont mourir pour la plupart, armez-vous donc d’un essuie-tout pour les écraser et les ramasser au fur et à mesure.

Evidemment, ça prend plus de temps que de poser une boîte de poison dans un coin ou que de verser de la poudre contre un mur. J’y ai passé un bon moment mais après, non seulement je n’avais plus de fourmis et elles ne sont jamais revenues, mais en plus ma cuisine brillait comme si elle était neuve, car ce mélange est aussi un excellent nettoyant ménager !

Un conseil donc, si vous voulez éviter que les fourmis reviennent, que vos chats/chiens vous ramènent des puces (et oui ça marche aussi pour les puces !), ou tout simplement que vous voulez un produit nettoyant sain, sans danger pour la santé, très efficace et pas cher, continuez d’utiliser ce mélange pour faire votre ménage. Soit en le réalisant à chaque fois dans un bol, soit en remplissant un vaporisateur qui pourra vous servir longtemps. Vitres, sols, surfaces diverses, ça marche pour tout !

Restez quand même vigilant à ce que les enfants ne puissent pas aller tremper les mains dans le bol ou jouer avec le vaporisateur car il faut toujours faire attention avec les huiles essentielles (bon et boire du vinaigre ce n’est pas terrible non plus, enfin il paraît).

Ecolo-geek

Etre écolo et geek, ce n’est pas forcément incompatible. Je suis probablement très loin de détenir toutes les astuces en la matière, notamment parce que je ne suis pas vraiment ce qu’on peut appeler une geek. Mais je passe beaucoup de temps sur Internet et voilà trois choses importantes à savoir, qui ne changeront rien à votre confort (parce que sinon on arrête d’utiliser Internet, et nous voilà de parfaits écolos !) et ultra-faciles à appliquer :

  1. Vider sa boîte mail pour économiser de l’énergie

Je suis sûre que vous avez, comme moi, une boîte mail organisée en plusieurs dossiers, qui contiennent tous des dizaines, voire des centaines, éventuellement des milliers, de mails que vous ne consulterez jamais plus parce qu’ils n’ont aucune importance. A l’époque, vous les avez gardés « au cas où », ou parce qu’ils contenaient une info importante il y a 10 ans peut-être, mais qui ne l’est plus aujourd’hui.Et bien sachez que tous ces mails stockés polluent. Ainsi, un mail stocké pendant un an consomme 7,4 Wh, ce qui revient à dire que 30 mails stockés pendant un an consomment autant qu’une ampoule basse consommation allumée pendant une journée. Cela vous semblerait absurde de laisser la lumière allumée toute la journée chez vous alors que vous n’y êtes pas ? Et bien c’est aussi absurde de garder ces mails sans importance ! Prenez donc le temps de faire le tri dans vos boîtes pour être un bon écolo-geek !

2. Un moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux

P1270033

Comme la majorité des internautes, vous utilisez probablement Google comme moteur de recherche. Il n’y a pas si longtemps, moi aussi d’ailleurs. Et puis j’ai découvert Lilo, le moteur de recherches qui compense le carbone de vos recherches (oui, une recherche sur Google consomme de l’énergie) en finançant des projets sociaux et environnementaux. Plus de 50% de leurs revenus publicitaires sont reversés sous forme de dons à des projets que l’on peut choisir. En effet, chaque recherche effectuée avec Lilo vous fait gagner une goutte d’eau, il ne reste plus qu’à choisir à quel projet on souhaite attribuer nos gouttes d’eau. Un autre point qui n’est pas écologique mais qui me plaît beaucoup, même si je ne me fais guère d’illusion quant à la confidentialité de ma vie privée avec toutes les données que je sème un peu partout : Lilo ne collecte pas nos données et agit contre le tracking publicitaire. Pour l’utiliser quotidiennement maintenant, Lilo est un moteur de recherche tout aussi performant que Google, à l’ergonomie agréable, et je ne regrette pas Google une seconde ! L’installation est en plus super facile, j’utilise Chrome et en quelques secondes, j’ai pu installer Lilo comme moteur de recherche par défaut, mes recherches via la barre d’adresse passent elle aussi par Lilo, ça ne change donc strictement rien à mon confort de navigation habituel.

3. Un blog au bilan carbone neutre

Ce dernier point s’adresse plus particulièrement aux blogueurs/blogueuses. En consultant votre blog, vos lecteurs utilisent du matériel informatique qui consomme de l’énergie, et vous en consommez en publiant vos articles. Ainsi, on estime à 3,6kg de dioxyde de carbone les émissions d’un blog avec un trafic moyen (environ 15000 pages vues par mois). Le site Petits Gestes Ecolos pour un million d’arbres propose de planter pour votre blog un arbre qui compensera ses émissions de CO². En échange, vous n’avez qu’à écrire un article expliquant le principe (ce que je suis en train de faire, un peu en retard, je l’avais fait pour mon ancien blog mais pas encore pour celui-ci…), envoyer un mail pour donner le lien de votre blog, et installer un badge sur votre blog, comme celui-ci :

badge-co2_blog_vert_125_tpt

Si vous êtes intéressés pour vous lancer dans cette démarche vous aussi, il suffit de cliquer ICI, tout y est expliqué !

Et voilà, vous avez maintenant toutes les clefs pour être un bon écolo-geek (débutant en tout cas) ! Mais si vous avez d’autres astuces, je suis preneuse !

 

Je m’engage pour la planète #3 : moins d’eau sous la douche

Cet engagement, contrairement aux deux premiers qui n’étaient que des habitudes faciles à prendre, me coûte vraiment. Ca peut paraître idiot, mais j’aime prendre de longues douches, très chaudes, avec l’eau qui coule à fond. Paaaaas biiieeen, je sais… Mais que voulez-vous, quand je suis sous la douche, je perds toute volonté !

Il y a déjà du progrès, je ne prends quasiment plus de bains ! Moi qui en prenait 2 à 3 par semaine avant, j’en ai pris seulement 2 en 5 mois, pas mal non ? Seulement je ne suis pas sûre qu’il s’agisse réellement d’un progrès si j’utilise autant d’eau sous la douche que pour un bain…

MAIS, dans ma nouvelle salle de bain, les propriétaires ont fait poser un robinet qui peut se bloquer facilement en mode « ECO« . Pour être honnête, ça fait longtemps que je me dis que je devrais l’utiliser sans me décider réellement. Ma conscience m’a finalement rattrapée et c’est aujourd’hui, ça y est, que je m’engage à utiliser ce mode ! Je suis un peu sceptique quant au fait d’y parvenir tous les jours mais promis, je serai honnête quand je ferai le point sur tous mes engagements.

IMG_1833

En revanche, je ne prends aucun engagement quant à la température de l’eau qui me permettrait de consommer moins d’électricité, je ne peux tout simplement pas prendre une douche tiède, j’ai vraiment horreur de ça… Je me rends bien compte que ça sonne comme le caprice d’une enfant gâtée mais la douche, particulièrement depuis que j’ai des enfants, c’est devenu mon moment de réconfort, celui où je peux enfin enlever tous les résidus de nourriture, de crottes de nez voire d’excréments que j’ai reçus pendant la journée, celui où si l’une de mes filles se met à pleurer, ce n’est plus mon problème (quand le papa est là évidemment), celui où je prends soin de moi pour quelques minutes, celui où je m’entends penser. Alors si je me mets à supprimer tout aspect agréable de ce moment, c’en est fini de moi ! Mais un débit moins fort, je dois pouvoir le supporter, enfin, j’espère !

Alors, vous me suivez ?

 

Je m’engage pour la planète #2 – Réutiliser les sachets pour faire ses courses

C’est parti pour un deuxième engagement écolo sur le blog. J’espère bien m’y tenir (pour l’instant je respecte le premier, c’est déjà ça !), et dans quelques mois, je vous ferai un petit compte-rendu de ce que j’ai pu respecter ou pas au quotidien, des avantages et des inconvénients que j’en ai tirés à chaque fois.

Depuis quelques mois maintenant, je fréquente une enseigne que je ne connaissais que de nom : Biocoop. Sur ce coup-là, c’est eux qui m’ont inspirée. Dès qu’on entre dans le magasin, on trouve un tas de cartons et caissettes déposés là afin que chacun puisse s’en servir pour transporter ses achats. On peut ensuite les y déposer à nouveau ou, dans mon cas, simplement les réutiliser pour nos prochaines courses dans le magasin. Emballée par cette idée de réutilisation des contenants (vous avez remarqué mon petit jeu de mots ? comment ça ce n’est pas drôle ?), j’ai décidé d’aller un peu plus loin en réutilisant également leur sachets (qui ne sont pas en plastique mais en papier) à chaque fois que je fais mes courses (sachets utilisés pour le vrac et les fruits et légumes). J’y pensais depuis un moment mais je me suis lancée officiellement il y a 2 jours. Tout est une question d’organisation, mais rien qui me fasse perdre énormément de temps.

IMG_1790

Première chose : quand je fais mes courses, j’essaie de ne pas coller les étiquettes de prix trop fort après la pesée et dès que je rentre chez moi, je retire tout de suite les étiquettes avant qu’elle n’aient le temps de trop adhérer (et délicatement pour ne pas arracher le papier). Je range ensuite tout de suite mes sachets dans le carton spécial Biocoop, que je remets aussitôt dans ma voiture pour ne pas l’oublier la fois d’après. Voilà, ce n’est pas bien compliqué n’est-ce pas ? Mais calculons un peu… en supposant qu’on utilise 5 sachets par semaine, si on les jette systématiquement après les courses, on en utilise environ 260 par an ! Je vais vous épargner la multiplication par le nombre de consommateurs en France ou dans le monde, je pense que ce simple chiffre suffit à démontrer qu’une toute petite habitude à prendre peut changer beaucoup dans la production de déchets !

Evidemment c’est valable aussi si vous faites vos courses ailleurs : les sachets en plastique peuvent être réutilisés aussi à condition de ne pas les déchirer.  J’avoue cependant que pour l’instant, les sachets en plastique, je les garde, ils sont bien pratiques pour servir de poubelle à couches ! (eh oui, j’ai beau être une maman écolo, je n’ai pas été convaincue par les couches lavables, mais cela fera l’objet d’un autre article !) Chez Leclerc, des sachets en papier Biothentic sont disponibles au rayon vrac, dans le même style que ceux de Biocoop.

Cependant, si vous avez un Biocoop près de chez vous, je vous conseille d’aller jeter un oeil à leur rayon fruits et légumes qui est extra ! (et les prix sont franchement raisonnables)

Alors, vous me suivez ?

IMG_1791

Je m’engage pour la planète #1 – Adieu aluminium et films plastiques

Ce blog, c’est aussi pour moi l’occasion de me motiver à faire encore plus attention à mes gestes quotidiens pour protéger la planète. Régulièrement, je vous parlerai de mes engagements, qu’ils soient déjà mis en place ou qu’ils soient tout nouveau pour moi.

Aujourd’hui, c’est un nouvel engagement que je prends pour réduire un peu la quantité de déchets que je produis.

Mes filles et moi sommes des petits appétits, il y a très souvent des restes après nos repas et en général, je ne m’embête pas trop, je prends l’assiette, je mets de l’aluminium ou du film alimentaire et hop ! au réfrigérateur. C’est pratique, ça va vite. Oui mais le lendemain, je sors l’assiette et l’aluminium hop ! il finit à la poubelle, à grossir le tas de déchets que nous produisons quotidiennement. Alors que dans mes placards, j’ai tout un tas de jolies boîtes en plastique qui n’en sortent que trop rarement. Pourquoi ne pas les utiliser, garantissant ainsi, en plus, une meilleure protection des aliments ?


P1250919

Et ces paquets de galettes de riz dont mes filles raffolent, dont je déchire toujours l’emballage plastique en les ouvrant et qui finissent coiffées d’un morceau d’aluminium mal ajusté, pourquoi ne pas plutôt les vider dans ces jolies boîtes à biscuits en métal qui décorent très bien ma cuisine mais sont toujours vides ? Ma cuisine paraîtrait en plus bien mieux rangée… Evidemment, ça vaut pour tous les biscuits et petits gâteaux…

P1250918

En parlant de boîtes, si vous fréquentez les stands boucherie ou fromagerie de votre hypermarché, ou les étals de leur rayon fruits et légumes, vous vous êtes sans doute déjà retrouvés avec des boîtes en plastique vides, pas très solides sur le long terme mais qui peuvent, une fois lavées, servir au moins 2 ou 3 fois : pour emporter un sandwich en balade ou servir de « doggy bag » pour vos invités qui n’avaient plus faim pour manger les meringues que vous aviez préparées pour le café. Ne les jetez plus ! J’en ai en permanence une ou deux dans mon placard et je m’en sers régulièrement.

P1250920

Les petits ruisseaux font les grandes rivières et si ces gestes vous semblent ridicules à l’échelle de la planète, détrompez-vous, si tout le monde s’y met, ils peuvent faire la différence ! Alors, vous me suivez ?

P1250915